NOTRE FERME : UNE ÉVOLUTION QUI EST TOUTE UNE HISTOIRE

Notre-ferme-2

 

voir-5-vidéos

maison-habitationMichel, le dernier des 5 enfants de la famille, reprend la ferme familiale. Le grand-père avait conduit la ferme dans la très lente évolution du début de XXe siècle. Son père avait épousé les techniques agricoles des années 1950. le-troupeauMichel suit la filière de la formation agricole conventionnelle. Il s’ennuie avec cette agriculture qui ne fait qu’obéir aux techniciens agricoles des différentes organisations professionnelles. Comme son grand-père, Michel n’est pas suiveur. Il consacre beaucoup de son temps à ses responsabilités professionnelles dans différentes instances agricoles départementales. En 2000 c’est le début du grand bond en avant. Il teste diverses voies pour s’affranchir des intrants chimiques afin de redonner à ses terres leur vie originelle. Il imagine divers projets pour organiser son activité sous des formes différentes. Les années difficiles conduisent progressivement le couple à jeter les bases d’un autre projet : passer en Bio. En 2009 les terres sont prêtes et eux aussi. la-salle-de-traiteAnne-Claude et Michel ne font jamais les choses à moitié. Michel se décharge de toutes ses responsabilités extérieures. Ils organisent autrement leur ferme pour mettre leurs deux énergies ensemble pour produire du lait fromageable. C’est à dire, un lait ayant toutes les qualités pour faire d’excellents fromages. Michel déclare qu’avant de faire du bon fromage, il faut savoir faire du bon lait. Au départ leur production bio est vendue à une coopérative qui n’a pas de filière bio. sobriété-en-matérielLa filière lait bio dans les Hautes-Alpes n’ existe pas. Leur lait bio n’était donc pas valorisé. Faire du fromage était une hypothèse qu’ils avaient envisagée depuis longtemps. Anne-Claude ayant suivi des formations fromagères connaissait avantages et contraintes de cette diversification. Ils étaient hésitants sur les investissements à réaliser pour créer une fromagerie, sur le surcroît de travail pour fabriquer et assurer la vente. À deux, ils ne voulaient, ni assumer la charge financière ni la surcharge de travail. Début 2015 la solution arrive avec la rencontre de la fromagerie du col Bayard située à 3 km à vol d’oiseau de la ferme. Elle a 80 ans d’expérience fromagère. Leurs problématiques sont opposées, donc complémentaires. La laiterie est à la recherche de lait fromageable de qualité pour rééquilibrer les laits de mélanges qui n’ont plus les qualités pour faire des fromages à affiner. Anne-Claude et Michel trouvent la solution rêvée : échanger lescave-et-magasin complémentarités. Livrer leur lait à la fromagerie et faire fabriquer leurs formages à l’extérieur. En quelques semaines, ils passent des paroles aux actes. Les premiers essais confirment les hypothèses des deux parties. En juillet 2015 les premières productions de fromages sortent de la cave d’affinage de la ferme. La boucle est presque refermée.  C’est à ce moment qu’Anne-Claude et Michel décident d’ouvrir leur ferme aux visites pendant les vacances. Les clients arrivent sur la ferme et sur les marchés. Il y a une demande de fromages bio et pas de producteur dans le secteur. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, en mai 2015 Michel décide de faire changer les choses au niveau de la collecte du lait bio sur la région. L’association Agrobio 05 à la demande de quelques éleveurs contacte Biolait, une structure coopérative de taille nationale qui ne collecte que du lait bio. Après différentes études et analyses d’opportunités, une collecte débute le 1er janvier 2016. Leur lait est désormais valorisé à deux niveaux : la collecte Biolait et la vente de fromage. De plus, la ferme devient ainsi le premier maillon du développement de la production laitière bio sur la région. Cette démarche incitera d’autres producteurs dans la voie bio. Ils trouveront une voie de valorisation immédiate sans avoir à assumer la même démarche que les pionniers.

 

 

direction-précédente

directions-suivante

direction-retour